Éternelle complexée..

11:56 P. Disgrace 0 Comments

C'est la première fois que je vais parler en public d'un sujet personnel, de quelque chose qui me préoccupe en ce moment, mais je ressens le besoin que ça sorte...

Depuis quelques semaines, j'ai un petit coup de "mou". Je suis dans cette période, où l'on se remet constamment en question, que ce soit physiquement ou mentalement.
Pendant plusieurs mois j'ai perdu mes cheveux presque par poignée, c'est là que j'ai commencé à me sentir mal. Ce n'est pas vraiment lié à ça, mais mon mal-être s'est déclenché à cette période.

Après une séance chez l’ostéopathe et les retrouvailles avec mon homme, j'allais mieux. Mais.. Je suis en train de replonger. Le problème, c'est que ce n'était pas que des simples remises en question, mais carrément des crises d'angoisses qui me prenait, les nerfs qui lâchaient et mes émotions qui apparaissaient à la puissance 10 000. Je balançais mes affaires, je pleurais, j'envoyais mes proches bouler. J'ai peur que cette "chose" que j'étais dans ces moments là, ne réapparaisse. Pour l'instant, je garde le contrôle de moi, je ne m'aime juste pas physiquement, mais la peur que ça revienne est constante à chaque interrogation que je me pose.

Vous vous êtes sans doute demandé, d'où venait mon pseudonyme, pour ceux qui ne me connaissaient pas de Skyblog. Et bien, mon pseudo est étroitement lié à mon "dégoût" de moi, à la vision que j'ai de ma personne. Vous vous direz sans doute, "qu'elle est stupide celle la ! Superficielle et égocentrique, alors qu'il y a pire !", j'en ai bel et bien conscience qu'il y a pire. Mais c'est comme ça, ça ne date pas d'aujourd'hui et à priori ça ne me quittera pas demain.

Plus le temps passe et plus je complexe. J'ai l'impression d'être une fille de 19 ans enfermée dans un corps de petite de 10 ans. Je ne me sens pas femme, et je ne supporte plus que l'on me dévisage quand je vais dans certains endroits ou même que l'on me demande 20 fois mon âge lors d'entretiens.
On m'a même dit que pour rentrer en Institut de Formation en Soins Infirmiers, il ne fallait pas faire aussi jeune que je le faisais, que jamais je ne serai prise si les patients risquaient de me prendre pour une gamine. C'est en partie pour cette raison que j'ai changé la couleur de mes cheveux, là dessus je suis rassurée, j'ai l'impression d'avoir pris quelques années de plus, mais pas grand chose, pas assez.

J'ai toujours été complexée par ma taille, celle d'un enfant de 10 ans (1m50). Mes parents sont petits mais pas à ce point, c'est sans aucun doute dû au fait que j'ai été réglée très jeune. Et d'après un médecin, soit disant que mes cheveux qui m'arrivaient aux fesses avaient bouffés tous les nutriments dont j'avais besoin pour ma croissance (hurm hurm).

A l'école, j'étais la cible facile à atteindre, bah oui une petite qu'est-ce qu'elle peut faire pour se défendre ? Au collège, j'ai pris du caractère, trop de caractère. Je me suis affirmée par mon style qui sortait du commun (mélange mi-emo/mi-gothique), on m'appelait la sataniste et une fois on m'a même balancé des cailloux. Mais je m'en foutais, je dérangeais, et ça me plaisait. Je n'étais plus "la petite", j'étais "la gothique".
Aujourd'hui, c'est ça qui me manque. Je n'arrive plus à porter les vêtements que je portais, je ne me sens plus à l'aise dedans et ça me rappelle mes 13/14 ans. Je suis coincée entre mon petit grain de folie qui me manque, et la féminité et la classe que j'aimerai trouver. Je n'arrive pas à avoir un juste milieu, et ça me dépasse. Des fois, j'ai l'impression d'avoir l'air d'une collégienne cherchant à ressembler à sa mère quand je m'habille "élégamment", et lorsque je m'habille dans des fringues qui m'ont plu durant des années j'ai l'impression de refaire ma crise d'adolescence.

Je fini par ne plus savoir qui je suis, ni ce que je veux... En terme de photographie c'est la même chose, je meurs d'envie de reposer et à la fois je ne me sens pas prête car je ne m'aime pas. Je voudrai un visage plus fin, des jambes plus longues et plus fines et plus de poitrine. Je me sens vraiment bloquée dans un corps d'enfant, si vous saviez comme c'est difficile à vivre bien que ça puisse avoir l'air stupide. De plus, je me retrouve à l'âge où le bassin s'est élargi et où tout ce que l'on mange part dans les cuisses, le ventre et les poignées d'amour. Je ne rentre plus dans les jeans dans lesquels je nageais, même mes shortys me font défaut. Je n'arrive pas à aimer cette image de moi. Quand on fait 1m50, la moindre ration de nourriture se voit à des kilomètres sur notre corps. Surtout quand on a mon métabolisme...

Je ne sais pas si c'est une crise de la vingtaine qui approche (humour) ou si j'ai vraiment besoin de consulter, mais faites le moi savoir si vous êtes déjà passé par là..
J'ai vraiment besoin de soutien, de vrai soutien, pas le soutien des gens qui s'imaginent que dire "mais t'es belle arrête" va faire aller mieux, car ils se plantent sur toute la ligne. Le soutien ce n'est pas ça.


Pretty Disgrace



0 commentaires: